La récolte de vin en 2017

La récolte de vin en 2017

Dur vie d’agriculteur en 2017…

Nous savons bien que le vin est un élément primordial dans la gastronomie française, mais cette année il y a eu quelques petites mésaventures pour nos amis viticulteurs.

Un problème … Des solutions !

La plus haute autorité annonce que pour l’année 2017 les viticulteurs français verront leurs récoltes baisser de 18% par rapport à l’année dernière.

En cause les aléas climatiques et particulièrement le gel printanier qui a détruit un bon nombre de bourgeons. Les vins pour eaux-de-vie, comme le Cognac, devrait être les plus pénalisés.

Certains ont eu recours à des stratégies surprenantes, comme les feux de paille entre les rangs de vignes ou le survol en hélicoptère pour brasser l’air chaud.

Jérôme Despey, viticulteur et président du conseil spécialisé vin France AgriMer craint que 2017 soit « la récolte la plus petite depuis 1945 ».

Il y en a pour qui tout va bien

Toutefois, ce petit pépin climatique n’a pas les mêmes conséquences dans toutes les régions de France. Pour les chanceux de la Champagne, la Bourgogne ou encore le Val de Loire, ils verront leurs récoltes augmenter par rapport à l’exercice de 2016. Pourtant ces régions n’ont pas échappé au gel mais les grappes restantes sont de belle qualité.

Vendange précoce

De plus, les vignobles du Sud Est, de la Corse, du Languedoc et du Beaujolais ont eux aussi été impacté par le gel mais la canicule et la sécheresse arrivées juste après ont eu pour conséquence d’avancer les premières vendanges de 10 à 15 jours.

La cuvée 2017 va donc se démarquer par l’aspect qualitatif et non quantitatif !

Et la question du prix alors?

Il se dit que les prix pourrait augmenter de 3 à 5 euros.

Une hausse qui se justifiera grâce à la qualité du produit.

De nombreux producteurs font écho d’une qualité exceptionnelle et d’un millésime qui pourrait marquer l’histoire.

Et sur l’exportation, où en est on ?

Nous enregistrons une hausse du chiffre d’affaires à l’export de 1,2% en 2016.

La France atteint un record d’exportation avec un montant de 11,9 milliards d’euros, vers la Chine et les Etats-Unis principalement. Ce qui situe l’exportation de vins et spiritueux entre les secteurs de l’aéronautique et celui des parfums et cosmétiques…

Parmi les fleurons français donc.